Tendances & mode de vie

Comment les acteurs du café prennent le virage du développement durable ?

Aux premières loges des évolutions du monde, il y a l’industrie du café. Sa chaîne d’approvisionnement durable est en pleine construction. L’enjeu est d’assurer la fourniture d’espèces et de variétés de qualité tout en adoptant, à chaque étape de la filière, les gestes vertueux.

En pays producteurs, l’industrie est confrontée à des défis complexes : changement climatique, la viabilité des terres productives, la question de la décence des revenus ou encore l’inégalité entre les sexes. Les défis s’imposent aussi aux pays consommateurs, puisque la pression pour réduire les émissions de carbone et avoir un impact environnemental positif se fait sentir à tous les niveaux.

Le Coffee Lounge a listé un certain nombre d’initiatives, parmi la multitude, qui rendent la filière du café aussi vertueuse que possible. Même s’il est communément admis que sa production et sa consommation représentent des actes contre-intuitifs en terme de Développement Durable. Mais chacun à son niveau peut contribuer positivement. On fait le point… De plus, c’est un excellent moyen aussi en tant que consommateur de mieux appréhender l’impact de vos achats de café en torréfaction artisanale.

 

Neutralité carbone/compensations carbone

Zero Carbon Coffee est une torréfaction new-yorkaise qui a créé son activité en axant son action sur la neutralité carbone. Selon les fondateurs, du sourcing en pays d’origine jusqu’à la vente du café torréfié, « il s’agit d’avoir une empreinte carbone nulle ». Comment ? D’abord en mesurant l’empreinte carbone de l’activité, puis en achetant des crédits carbone de compensation, enfin en réduisant les gaz à effet de serre générés par l’entreprise. Chaque paquet de café contient l’équivalent de 45 kg de compensation carbone (permettant de protéger 2 arbres).

 

Équipement économe en énergie

Matériel basse consommation comme l’industrie de la machine à café professionnelle. On note, par exemple, chez certains fabricants de machines à café professionnelles, l’intégration de la notion d’économie d’énergie lors de l’utilisation de l’équipement dans les coffee shops, restaurants ou hôtels. Nuova Simonelli a ainsi développé une technologie de chaudière réduisant de 13% la consommation d’énergie par rapport aux générations précédentes de machines à café.

 

Torréfaction à faible émission

Voilà bien un dilemme difficile à régler… Celui des émissions générées lors de la torréfaction. Le processus en question libère dans l’atmosphère des poussières, mais aussi du monoxyde de carbone, de l’oxyde nitreux et du dioxyde de carbone. L’enjeu des artisans est le suivant : comment torréfier tout en réduisant ces émissions ? Trouver l’équipement adhoc reste la solution. Les machines à torréfier embarquent souvent deux brûleurs qui n’aident pas à la maitrise des émissions. Quelles sont les options possibles ?

  • Torréfier moins longtemps, moins chaud et moins sombre
  • Utiliser un équipement muni d’un brûleur au lieu de deux
  • Faire évoluer son équipement original en modifiant le système de gestion des flux d’air
  • Faire évoluer un système existant en réduisant les gaz par l’installation de convertisseur thermique ou catalytique (équipements capables de produire de l’énergie à partir de sources de chaleur).

 

Transparence de la chaîne d’approvisionnement

Les acteurs du Café de Spécialité -et notamment les torréfacteurs- s’imposent une discipline en matière de transparence et de traçabilité. Celle-ci peut réunir jusqu’à 10 indicateurs. C’est le cas de KB Coffee Roasters (Paris) dont les équipes s’efforcent de donner par le détail des informations sur :

  • La variété de café utilisée
  • L’altitude
  • Le process
  • Le nom du producteur
  • Le pays et la région
  • Les notes de dégustation
  • La bio de la famille productrice
  • Les pratiques agricoles utilisées dans la ferme

 

Salaire décent

Roasters United, né en 2012, est un groupement de torréfacteurs européens qui mutualisent leurs achats auprès de petits producteurs et coopératives. Cette initiative est imprégnée d’une double vocation : assurer aux caféiculteurs un revenu régulier, immédiat et supérieur aux conditions pratiquées par le commerce équitable labellisé et sourcer les meilleurs cafés grâce à une politique d’achat groupé. Parmi les torréfacteurs français à l’origine de cette initiative, le francilien Esperanza Café (Saint-Denis) a su fédérer autour de lui d’autres intentions et créer un modèle économique permettant le versement de salaire décent aux producteurs et leurs ouvriers.

 

Initiatives sociales

Outre les projets sociaux de producteurs soutenus par les torréfacteurs ou importateurs, il y a les autres initiatives. L’entreprise canadienne Grosche fabrique des machines à café italiennes et des équipements comme des bouteilles isothermes. Dès sa création, en 2012, les fondateurs ont mis en place le Grosche Safe Water. Aujourd’hui, il bénéficie aux communautés de 6 pays. Chaque vente Grosche permet de financer l’accès à l’eau potable des populations pauvres grâce à l’installation de filtres à eau biosand. « Durant les 12 dernières années, ce sont 200 millions de jours d’eau potable qui ont été sauvés » selon Grosche. Plusieurs certifications sont brandies par l’entreprise : Bcorp, Woman Owned Business ou Living Wage…

 

Modèles économiques durables

Le Projet Torogoz (soutenu par l’importateur Belco) que promeut Cafés Di Costanzo dans sa gamme grands crus est né de la volonté de redynamiser une région caféière qui avait du mal à trouver un second souffle. Premièrement l’idée est d’accompagner un groupe de petits producteurs dans leur approche agricole. En second lieu, il convient de concrétiser cette approche par des formations (Qualité : récolte, sélection et gestion des cerises de café ; Process : les cafés lavés pendant le séchage, les paramètres de stockage du café, concevoir des tables de séchage).

Pour information, Torogoz est le nom de l’oiseau national du Salvador largement présent dans la région du nord-est du pays.

 

 

Exergues

 

Du sourcing en pays d’origine jusqu’à la vente du café torréfié, « il s’agit d’avoir une empreinte carbone nulle »

 

Une technologie de chaudière réduisant de 13% la consommation d’énergie par rapport aux générations précédentes de machines à café

 

Le processus de torréfaction libère dans l’atmosphère des poussières, mais aussi du monoxyde de carbone, de l’oxyde nitreux et du dioxyde de carbone

 

Une discipline en matière de transparence et de traçabilité. Celle-ci peut réunir jusqu’à 10 indicateurs

 

Roasters United, né en 2012, est un groupement de torréfacteurs européens qui mutualisent leurs achats auprès de petits producteurs et coopératives

 

Chaque vente Grosche permet de financer l’accès à l’eau potable des populations pauvres

 

Le Projet Torogoz est né de la volonté de redynamiser une région caféière

 

 

 

Pratiques

Pour retrouver les initiatives, voici les adresses à consulter :

https://grosche.ca

www.cafesdicostanzo.com

www.roastersunited.com

https://kbcoffeeroasters.com

www.nuovasimonelli.it/en/home-en

www.zerocarboncoffee.com

 

 

Crédit photos

 

Roasters United : Coopérative Las Diosas (Nicaragua)

Zero Carbon Coffee

Torogoz, l’oiseau national du Salvador – symbole du projet Torogoz

 

 

Créez votre moment de café parfait à la maison avec les cafetières De’Longhi

En savoir plus